A Vous la Parole

Hommage à ma grand-mère Yvette

Louise Parizeau, Amie de la Sagesse, vient de perdre sa mère …  Comme sa peine a dû être  adoucie cependant en entendant son fils, Étienne, rappeler les traits de personnalité de cette femme qui a su  mordre dans la vie à pleines dents et qui a  témoigné tant de générosité ! Laissons parler Étienne


Hommage à ma grand-mère Yvette


C’est pour moi un honneur de rendre hommage aujourd’hui à ma grand-mère. Elle a été un modèle de plusieurs façons : bonne mère de famille présente pour ses enfants, grand-mère fière de ses six petits-enfants et une femme aux intérêts variés. Nous rendons hommage aujourd’hui à une femme qui a donné le meilleur d’elle-même pour sa famille.

Ma grand-mère était une femme de famille et de service.

Elle est née dans une famille de 7 enfants et a donc appris très vite l’importance des valeurs familiales, du partage, de la solidarité, du respect des autres et de la débrouillardise. Elle nous a transmis ces valeurs par ses paroles et ses actions. En effet, elle aimait recevoir toute sa famille à table surtout le soir du Jour de l’An, discuter avec nous de nos études, de nos emplois et de nos rêves. Par son talent pour la couture et le tricot, elle nous a habillés de la tête aux pieds avec des tuques, des foulards et des chandails. C’était toujours un immense plaisir pour elle de recevoir sa famille et d’accueillir ses petits-enfants. Elle ne nous gardait pas, elle s’amusait vraiment avec nous. Elle avait cette sensibilité pour trouver nos intérêts et nous aider à les développer.

Ma grand-mère était une épouse exemplaire.

 Elle a grandi dans le quartier anciennement appelé Longue-Pointe à Montréal, où elle a rencontré son bien-aimé Jean-Paul Parizeau. Ils se fréquenteront plusieurs années, allant ensemble à la messe, au théâtre St-Denis, dans plusieurs soirées et soupers en famille. Ils s’épouseront en 1944 et ensemble, ils vivront 62 années de mariage. Elle a aimé son mari et l’a épaulé toute sa vie. Encore une fois, tout un modèle de fidélité, de respect et d’amour pour nous.

Ma grand-mère était une mère et une grand-mère présente.

Les années de mariage seront marquées par la venue de 3 enfants, Léo, Gilles et Louise, et de 6 petits-enfants, qu’elle a aimés sans mesure.  Elle était toujours ravie d’assister à nos concerts, nos défilés, nos expositions, nos remises de diplômes et nos créations. Sa présence était importante et cela nous valorisait beaucoup.

Ma grand-mère était une femme pieuse.

En plus d’assister régulièrement à la messe quotidienne, elle nous a appris à prier et nous a inculqué les valeurs chrétiennes. Elle suivait les enseignements de Saint-Francois qui était un amoureux de la nature et des beautés de la Terre. Finalement, elle s’est impliquée pendant plusieurs années auprès du Tiers-Ordre.

Ma grand-mère avait le pouce vert.

Aussitôt l’arrivée du printemps, Yvette arpentait son terrain et rêvait déjà des roses. Elle aimait beaucoup les douces odeurs de cette fleur. Elle ne négligeait pas pour autant son assiette en cultivant plusieurs types de légumes dans son jardin. C’était toujours un bon prétexte pour elle de voisiner en jardinant. Et que dire de ses expériences culinaires comme les racines de rubarbe dans le sucre et le vin de pétale de rose.

Ma grand-mère aimait chanter.

Qui ne se souvient pas d’Yvette chantant une pièce d’antan en se berçant. Cette scène se passait presqu’à tous les jours puisqu’elle aimait vraiment chanter. Le plaisir était même doublé lorsque Jean-Paul y ajoutait sa touche personnelle. Souvenons-nous des longues baignades d’été où Yvette chantait Partons la mer est belle. En fermant les yeux sur son radeau improvisé de flotteurs multicolores, elle voguait sur toutes les mers du monde…

Ma grand-mère aimait les arts.

Lorsque le goût lui prenait, elle pouvait passer des heures à peindre dans le sous-sol. D’ailleurs, Jean-Paul se demandait souvent ce qu’elle pouvait bien faire durant toutes ces heures. L’artiste était à l’œuvre et s’amusait à peindre des fleurs et des paysages.  Elle aimait bien à l’occasion regarder les œuvres des Grands pour le simple plaisir de découvrir les subtilités des coups de pinceaux.

Ma grand-mère aimait communiquer et rire en bonne compagnie.

Yvette aimait communiquer et prendre des nouvelles. Souvenons-nous des appels téléphoniques pour nous parler malgré les distances, nous souhaiter bonne fête ou tout simplement pour savoir si tout allait bien. Elle aimait  suivre sa famille proche et élargie. Malgré les années qui passent, je me souviens très bien de son rire légendaire suite à une victoire au 500 ou parce que Jean-Paul venait de pousser une autre bonne blague. C’était un rire communicatif et c’est sûrement cela qui explique en partie que notre famille aime autant rire.

Avant de terminer ce bref hommage, j’aimerais vous lire ce tout petit passage du petit Prince d’Antoine-de-St-Exupéry:

« On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.
C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.»

Merci à toi grand-maman de nous avoir transmis l’importance des valeurs familiales, le respect du sacrement du mariage et de la foi, la solidarité, l’humour, la tendresse et l’amour de la vie. Les souvenirs et les valeurs que tu nous as laissés à ton passage sont un héritage que nous tâcherons de transmettre à nouveau à Jonathan, Alex, Marion et tous les petits-enfants à venir auprès de nous.

Merci pour tout

Ton petit-fils Étienne

POUR L'AMOUR D'UN GRAND-PÈRE : LAISSONS PARLER GENEVIÈVE


fin article (T21) - 10855 lectures depuis le 27 May 2010





AUTRES ARTICLES RÉCENTS POUR «A Vous la Parole»

LIRE ENTRE LES LIGNES

... En cette année 2011 !

Retraite Sagesse avec le Père Georges Madore, smm

La rue est mon église, l’Amour ma religion

Hommage à ma grand-mère Yvette

Le Noble Chemin invite

Célébration au Sanctuaire Marie-Reine des Cœurs à l’occasion du séisme en Haïti

Impressionnée par la mission de «Médecins aux Pieds Nus-Canada»

Les pauvres sont riches, les petits sont grands !

Je suis une pierre vivante !

Déces de Mme Lina Poirier

Dom Helder Camara ...

Un chemin de croix qui s’éternise…

PEINE ET COLÈRE...

À l'occasion du 2 février 2009

Rendez-vous aux archives pour voir les articles les plus anciens